• YouTube
  • MX3
  • Facebook
  • deezer logo
  • Twitter Icône sociale
  • Instagram-Icon
  • spotify logo
  • smstracks logo2
google-play-button.png
itunes-logo available.png

© 2019 all rights reserved, TYAGO and Uvilersal productions

Journal La Gruyère, le 3 juin 2014

"TYAGO a le sang qui chauffe", Il vernit son disque à Ebullition

 

Sur la route depuis 2011, Tyago ouvre vendredi la nouvelle saison d’Ebullition et en profite pour fêter la sortie de Palarbres, son premier disque.

 

De textes et de textures

Rodées sur scène depuis deux ans, les chansons de Tyago passent haut la main la gravure sur disque. A commencer par l’ambiance manouche de Tyago, amorce d’un dialogue guitare/violon qui transpire au fil des douze compositions. Dialogue qui hausse parfois le ton comme sur Une navette pour Jupiter, dans un soubresaut qu’on n’a plus connu depuis le premier Louise Attaque. Trentenaire aguerri, Matthieu Huwiler s’érige en auteur de textes profonds et percutants («Sur les pancartes publicitaires, il y a des Venus en petites culottes / Des créatures épilées au laser, modifiées sur Photoshop») et manie avec subtilité la poésie des gros mots («J’aime pas payer pour pisser / J’préfère chier dans la nature»)

Avec des titres parfois coups de poing (Embrassons-nous sous les cyprès) ou des comptines faussement naïves (J’suis périmé), Tyago expérimente des textures sonores très éclectiques, non sans humour (La sensibilité aiguë) ni ambition (L’arc-en-ciel). Bref, Palarbres est un album hautement recommandable et pas seulement aux Gruériens.

Le groupe sera l'invité toute la semaine sur Option Musique

 

Extrait de la l'article paru dans le journal La Gruyère, septembre 2013

par Christophe Dutoit.

 

LES MEDIAS DU WEB

 

à propos du nouveau single « be polaire » septembre 2019

 

« Peut-on à la fois être polaire et bipolaire ? Un morceau qui place la préoccupation de notre époque au premier plan sans être rébarbatif. Une belle réussite ! » ROCK MADE IN FRANCE.

 

« La formation suisse Tyago, avec une habile poésie qui se veut une critique sociale, d’autant plus avec ce clip évocateur, pousse les propos encore plus loin de manière très imagée. Véhiculé par une sonorité rock aux subtiles touches électroniques, une voix et un débit lyrique semblable à Tarmac et un bonne portion de cynisme bien placé, cette pièce parvient à faire son chemin vers ses auditeurs. » BOULIMIQUE DE MUSIQUE, Canada

 

« Comment résister à ce titre - et au gentil et rigolo ours qui l’accompagne - tant ce texte parle à notre conscience et se pose sur une mélodie qui sait se faire tour à tour douce ou agressive, ample ou presque timide » BE AWARE, France

 

« Doux, poétique, Enfantin. On aime la mélodie qui s'en dégage et la voix de l'artiste, envoutante et poétique. » LE JEUNE MUSICAL, France

Coupure de presse parue dans le journal La Liberté, septembre 2013